FA 4.1 - Impact du désenclavement sur les populations forestières

Coordinateurs:

Justificatif /Enjeux:

Le désenclavement de la zone du « TRIDOM » suite à l’exploitation minière industrielle va se traduire par l’ouverture de nouvelles opportunités économiques, de nouveaux marchés, l’amélioration des services (administration, éducation, santé), mais aussi par une arrivée massive de migrants qui sont en général mieux armés que les populations autochtones pour tirer partie des nouvelles opportunités. La sédentarisation le long des routes d’accès, la monétarisation croissante de l’économie, les contacts plus fréquents avec des éléments allochtones, etc. conduisent le plus souvent à des modifications profondes des sociétés locales, de leurs systèmes de valeur et perceptions, voire à la mise en contact avec des maladies nouvelles. Perte de repères, perte d’identité, clochardisation et alcoolisme sont souvent le triste lot de ces populations exposées trop brutalement au « développement » ;

Etat de l'art:

Etudes APFT (Situation des peuples des forêts tropicales, Bahuchet et de Maret), études de l’IRD (Edmond Dounias) ; études WWF (Louis Defo); étude d’impact CAM IRON (Arend van der Goes).

Objectifs:

Permettre aux populations forestières et migrantes de tirer partie du désenclavement de la région. Mieux comprendre les processus en oeuvre, éviter les dérives par l’identification précise des risques et la mise en place d’actions ciblées : éducation, formation, organisation des communautés, sécurisation de l’accès au foncier et aux ressources, sources de revenus alternatives, gestion des conflits interethniques, des conflits avec les organismes de conservation, etc.

Démarches/méthodes:

Méthodes anthropologiques et participatives, suivis agro-économiques des ménages…

Résultats attendus:

Atténuation de l’impact des changements induits par le désenclavement auprès des populations. Renforcement des capacités humaines et mise en place de mécanismes de gestion des conflits.

Références fiche:

Anonyme, 2010. La situation des droits des peuples autochtones au Cameroun. Rapport présenté au Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale. CED, RACOPY, FPP.

BAHUCHET S., GRENAND F., GRENAND P. et DE MARET P., 2001, Les peuples des forêts tropicales aujourd’hui.Volume I : Forêts des tropiques, forêts anthropiques. Sociodiversité, biodiversité : un guide pratique , Avenir des Peuples des Forêts Tropicales, Bruxelles, 132 p.

BAHUCHET S., 1992, Spatial mobility and access to resources among the African Pygmies.  in M.S. Casimir et A. Rao Eds., Mobility and territoriality. Social and spatial boundaries among foragers, fishers, pastoralists and peripatetics , Berg, Oxford, 205-257.

BIGOMBE LOGO P. 2009. Plan pour les populations autochtones Baka et Bagyeli (PPA). Rainbow Environment Consult, Rapport soumis à CAMIRON.

CASIMIR M.S. et RAO. A., 1992, Mobility and territoriality. Social and spatial boundaries among foragers, fishers, pastoralists and peripatetics , Berg, Oxford, 404 p.

DEFO L. 2007. Les hommes et leurs activités dans l’interzone Ngoyla-Mintom. Synthèse des études socio-économiques. WWF-Yaoundé.

DOUNIAS E., 1999, Le paradoxe de la route en Afrique forestière. in Collectif APFT, La route en forêt tropicale : porte ouverte sur l’avenir ?,  Avenir des Peuples des Forêts Tropicales, Bruxelles, Working Paper 6, 27-35.

ICHIKAWA M., 1978, The residential groups of the Mbuti Pygmies. Senri Ethnological Studies  1 Africa 1, 131-188.

LE ROY E., KARSENTY A. et BERTRAND A., 1996, La sécurisation foncière en Afrique. Pour une gestion viable des ressources renouvelables , Karthala, Paris 388 p.