Prospection préliminaire du Lac Manangoya et du Mont Nabemba et de l’axe routier Djoum/Mbalam.

Newsletter N°002 Mars 2013

Du 17 au 24 octobre 2012 s’est déroulée une mission exploratoire d’entomologistes et de spécialistes des paléoenvironnements dans le Nord de la République du   Congo autour du Mont Nabemba et du lac Manangoya. Cette mission comprenait deux chercheurs IRD, Philippe Le Gall et Richard Oslisly, une étudiante en thèse, Christelle Wonkam et un technicien entomologiste, Roger Kamkang. Les partenaires congolais (Grégoire Bani du CRAL et Frédéric Okassa de l’université Marien Ngouabi) n’ont pas pu effectuer le déplacement du fait de la distance et de la fenêtre de temps disponible. Cette mission a permis d’évaluer l’accessibilité et les potentialités du lac pour de futures études paléoenvironnementales.

Aucun carottage n’a pu être réalisé du fait du niveau d’eau encore important du Lac. La prospection du Mont Nabemba a révélé une faune entomologique intéressante marquée par l’abondance des espèces emblématiques de la zone forestière : Phylloxiphia goodi, papillon de nuit observé au piège lumineux ; Charaxes lydiae, très rare papillon de jour localisé aux sommets de collines de la zone forestière et vu en lisière de forêt à Yangadou ; larves de Macroma sp. dans des bouses d’éléphants. La collecte ou l’observation d’espèces plus communes, mais au statut taxonomique encore mal défini (Petrognatha gigas, p. ex.) apporte des données intéressantes pour la résolution de ces problèmes à la fois taxonomiques et biogéographiques. Les observations se poursuivent grâce au travail de Fiacre Mbounda, ingénieur environnementaliste sur le site de la mine du Mont Nabemba, et de jeunes du village qui ont été formés pendant notre séjour.

La zone de Yangadou a connu les toutes premières prospections archéologiques qui se sont déroulées sur les décapages des axes routiers ; ont été découverts des tessons de poteries avec des charbons de bois et des fragments de tuyères qui confirment la présence de métallurgistes ; les analyses radiocarbones en cours permettront prochainement d’en connaitre la date.

Pour la partie camerounaise nous avons profité de la réhabilitation du tronçon routier Djoum/Mintom pour découvrir dans les talus des restes de structures archéologiques, des fosses de près de 3 m de profondeur, riches en fragments de poterie, de charbons de bois et de noix de palme. C’est la première fois que des sites sont trouvés dans cette région forestière ; les analyses préliminaires de la poterie, des formes et des décors des récipients montrent des ressemblances avec la céramique du site d’Akonotyé (40 km au sud d’Ebolowa) qui a été datée des II° et III° siècles après J.C. Une campagne de fouilles de sauvetage et de prospections a été effectuée en décembre 2012 par G. de Saulieu et a permis de découvrir d’autres structures archéologiques très riches en matériel céramique. Les prospections vont se poursuivre en 2013 afin de mesurer l’étendue de l’occupation de ces populations de métallurgistes et les datations radiocarbones en cours permettront de les situer dans le temps.

Richard Oslisly (IRD),
Philippe Le Gall (IRD),
Christelle Wonkam (Doctorante UY 1)