A la recherche des poissons du Gabon

Newsletter N°002 Mars 2013

Du 23 juillet au 6 aout 2012 s’est déroulée une mission de terrain conjointe entre l’IRD (Montpellier et Yaoundé), l’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier « ISEM », les Universités de Yaoundé I et Ngaoundéré, ainsi que l’Institut de recherche agronomique et forestière (IRAF-Libreville). L’objectif de la mission était de faire l’inventaire des poissons des petits cours d’eau du Gabon ainsi que de leurs parasites. La forêt gabonaise héberge une importante biodiversité qui reste en partie inconnue de la science. Pour être en mesure de pouvoir la conserver, voire de l’exploiter, il est nécessaire de l’inventorier de manière exhaustive. C’était l’objectif de cette mission de terrain menée par une équipe internationale (Cameroun, Gabon, France, Belgique) de 6 personnes, dans le cadre du Programme Pilote Régional « Forêt Tropicale Humide d’Afrique Centrale ».

L’équipe s’est déplacée dans la région de Bitam et Oyem pour échantillonner dans les bassins du Ntem et de la Woleu puis vers Booué et Makokou dans les bassins de l’Ogoué et de l’Ivindo. Les échantillonnages ont été réalisés par des pêches aux filets maillants, avec des sennes ou des engins appropriés ou bien encore en collectant les poissons pêchés par des pêcheurs locaux. A chaque fois, les caractéristiques de l’eau ont été mesurés (pH, résistivité, température etc) et les poissons ont été conservés en alcool pour les analyses futures (étude de l’ADN et des parasites, études morphométriques). Parfois, les poissons ont été conservés vivants pour pouvoir être photographiés plus tard au laboratoire dans de bonnes conditions.

Cette mission fût un succès avec plus de 40 points échantillonnés, des centaines de spécimens collectés et déjà quelques découvertes intéressantes. A l’Ouest de Makokou, il a notamment été observé une population d’Aphyosemion cameronense avec un phénotype très particulier qui pourrait représenter une nouvelle espèce, encore inconnue pour la science.

Cette mission était également une première collaboration entre l’IRD et l’IRAF à travers le PPR-FTH-AC. Elle a permis de constater la convergence d’intérêt de la part des chercheurs de ces deux instituts pour la biodiversité des poissons des forêts gabonaises et le désir d’aller plus loin dans cette collaboration. Les chercheurs ont donc convenu de proposer rapidement un projet plus ambitieux, couvrant l’ensemble du territoire gabonais.

Jean François Agnese - IRD