A la recherche de témoins des climats du passé dans les lacs de la réserve de Wonga Wongué

CARREFOUR SCIENCES - N°007 Octobre 2013 9

Dans le cadre du programme HICEBIOS (Histoire, Changements Environnementaux, Biodiversité et Santé), une mission de reconnaissance des témoins paléoenvironnementaux s’est déroulée du 3 au 10 Juillet 2013 sur les lacs de la réserve présidentielle de Wonga Wongué avec le concours de Richard Oslisly (IRD/ANPN), Laurent Bremond et Benoit Brossier (Université de Montpellier 2), Karl Henga (doctorant IRET), Emmanuel Oganda Tonda et deux écogardes de l’ANPN.

La réserve de Wonga Wongué est constituée d’une mosaïque forêt/ savane avec de grandes étendues de savanes herbeuses édifiées sur des formations sableuses. Les prospections se sont orientées vers les lacs qui présenteraient une possibilité de carottage afin de prélever les sédiments lacustres. En effet, l’étude analytique d’une carotte à l’aide de plusieurs indicateurs comme les pollens, les diatomées, les phytolithes, les micro-charbons, la taille et la forme des grains de sable, les mesures radiocarbones...) permet de retracer l’histoire des paysages actuels.

Les chercheurs ont utilisé un appareil de type Kajack Bringer (KB), conçu pour prélever au fond du lac les premiers 50 cm de sédiments qui correspondent généralement aux derniers 150 ans. C’est à bord d’un zodiac que la profondeur du lac est mesurée afin d’établir une bathymétrie et cibler l’endroit le plus profond pour utiliser le KB. Cet appareil est constitué d’un tube de plastique transparent de 50 cm de long (Ø 10 cm), muni en tête d’un lourd dispositif mécanique fixé à une corde qu’on laisse tomber par gravité à un mètre au dessus du fond du lac. Le tube pénètre le sédiment et par un effet d’aspiration / ventouse le sédiment est retenu dans le tube qui sera ensuite remonté sur le zodiac. C’est sur la terre ferme que l’ensemble tube/sédiment est découpé selon un processus méthodique par tranches de 1 cm, qui sont mises en sachets, numérotées pour analyse et interprétation en laboratoire. Les lacs Dina, Ndaminzé, Ngoleu, Eseb, Eliwawanyé 2 et Youyou 1 ont ainsi connu ce procédé de prélèvements des sédiments lacustres.

Les premiers constats de cette mission exploratoire augurent de l’obtention de résultats prometteurs lors d’une campagne à venir en 2014 avec une logistique plus conséquente.