Des délices croquants: la consommation du coléoptère Augosoma centaurus dans l’Est du Cameroun

Newsletter N°002 Mars 2013

Le lancement du PPR FTH-AC a été l’occasion de réfléchir au développement de nouvelles recherches pour l’IRD en Afrique Centrale et de partenariats nouveaux sur ces thématiques. Les insectes comestibles représentent un enjeu culturel, social, économique mais aussi environnemental important dans les forêts d’Afrique Centrale. C’est pourquoi les partenaires du PPR se sont organisés pour réfléchir aux modalités de développement d’un projet dont l’objectif général est d’assurer la pérennisation et le développement de la consommation d’insectes à travers la sécurisation de la production en insectes, l’amélioration des réseaux commerciaux et la reconnaissance des insectes comestibles comme une ressource alimentaire importante et de qualité. La coopération entre le CIFOR, l’IRD et ACBIODEV (Association Camerounaise des Chercheurs sur la Biodiversité et le Développement) a permis de mener à bien un travail exploratoire sur la consommation des Coléoptères et particulièrement des adultes d’Augosoma centaurus, gros Dynastidae de 6 à 8 cm de long, par les populations forestières de l’Est Cameroun. De nombreux villages autour de Bertoua (sur un rayon d’environ 60 km) et sur l’axe Bertoua-Yokadouma ont fait l’objet d’enquêtes qui ont montré l’intérêt manifeste des habitants pour la consommation à la fois des larves, mais aussi des adultes. Les villages des groupes ethniques Kakor, Baya, Mbimo, Konabembe, Makaa du Nord, Bagando et Baka consomment plus les adultes d’Augosome que les larves, tandis que
les Bobilis et les Bakoum préfèrent les larves. Plus généralement, ce sont les Bobilis qui sont les plus grands amateurs d’Augosomes. Les larves sont disponibles toute l’année et sont consommées en compagnie de larves d’autres Dynastidae, essentiellement du genre Oryctes et les larves de rynchophores (Curculionidae). Les larves d’Oryctes et de rynchophores vivent dans les palmiers et raphias en décomposition. Le gite larvaire des augosomes n’est pas encore déterminé avec certitude et des recherches complémentaires sont en cours (stage de Henry Joel Nkeng). Par contre, les adultes d’augosomes ne sont disponibles qu’en fin de saison des pluies et début de saison sèche d’octobre à décembre, lors des vols nuptiaux. A ce moment, les adultes volent en début de nuit et son attirés par les lumières électriques des villages où ils sont collectés par les populations. En l’absence de source lumineuse, les adultes sont collectés dans les zones marécageuses sur les jeunes Pandanus.

Ce travail a mis en évidence l’extension de la consommation d’adultes de coléoptères dans l’Est Cameroun et plus généralement dans cette zone du bloc forestier (des observations complémentaires ont été réalisées dans la région de Souanké lors d’une mission financée par le PPR), alors que c’était une habitude peu documentée jusqu’à présent. Les augosomes sont un « aliment de soudure » consommé alors que les saisons des termites ou des chenilles sont terminées et que la saison de pêche n’a pas encore vraiment commencé. Ils ont certainement un rôle complémentaire dans l’équilibre nutritionnel qui reste à explorer.

John Fogoh Muafor
(Ministère des Forêts et de la Faunedu Cameroun),
Philippe Le Gall (IRD),
Patrice Levang (IRD - CIFOR)