Journée Scientifique "Patrimoine & Développement"

Journée Scientifique "Patrimoine & Développement"

La journée scientifique « Patrimoine & Développement » coorganisée par l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC) et l’IRD s’est déroulée le 19 novembre 2014 au campus de Nkolbisson. Cet événement, réalisé avec le soutien du SCAC, fait suite à l’accord cadre UCAC-IRD, signé en 2014.

Six intervenants travaillant dans les pays du sud et notamment en Afrique Centrale se sont relayés pour traiter des phénomènes de patrimonialisation et de leurs impacts dans les questions de gouvernance et de développement. En plein essor au niveau mondial, la mise en patrimoine est un phénomène social et politique mettant en réserve, par des dispositifs de protection et de connaissance (lois, réglementations, éducation, surveillance, études scientifiques etc.), des segments culturels et/ou naturels du monde dans lequel nous vivons.

Non seulement ce phénomène donne à voir et à penser des phénomènes sociaux particulièrement dynamiques dans les pays du sud - et en cela constitue une cible de choix pour la recherche fondamentale des sciences humaines et sociales - mais en plus il rassemble à lui seul une multitude de métiers impliqués dans le développement durable, autant que dans le management de projet.

Dominique Guillaud, géographe culturelle à l’IRD, a ouvert le débat en montrant les différents processus en œuvre dans différents pays du sud où elle a longtemps travaillé, et leurs implications dans la définition de critères de bonne gouvernance.

Or, sur ce dernier point, l’archéologie préventive, secteur en pleine expansion au Cameroun et nécessitant de véritables professionnels, pose de grandes questions dans le pays, comme nous l’a bien montré l’archéologue camerounais Pascal Nlend.

Muriel Samé Ekobo a présenté une expérience muséographique très récente et innovante : l’exposition «La bataille du Cameroun » qui, au delà de la mémoire, a permis  de révéler de manière éclatante un immense « besoin de patrimoine » dans le pays.

Ce point de vue a été relayé par le sociologue Claude Abe, et placé dans une perspective africaine de transformation sociale, dans le cadre de la tension entre le global et le local.

Romain Calaque, qui a une expérience de 14 ans dans la protection de la faune en Afrique Centrale pour WCS, a montré comment la notion de patrimoine, qu’il convient de différencier des ressources naturelles, s’enracine dans une gouvernance dont la question clé est : par qui, pour qui, et comment sont prises les décisions ?

Au-delà des professionnels spécialistes, la prise de décision touchant au patrimoine est une question éminemment politique. Entendons le terme au sens de la vie de la cité.

C’est pourquoi la journée scientifique a donné la parole à un artiste pouvant interroger la fabrique en cours du patrimoine. Régis Talla est un producteur-réalisateur camerounais qui réalise actuellement un documentaire sur la photographie de rue au Cameroun. Il s’agit là d’un pan entier de la mémoire camerounaise, qui, en raison du passage de l’argentique au numérique, se trouve en voie de disparition.

Marie-Thérèse Mengue (UCAC), le Laurent Vidal (IRD), et Geoffroy de Saulieu (IRD) qui ont coorganisé et animé la journée, ont été surpris du succès de cette thématique auprès des très nombreux étudiants et des jeunes professionnels présent tout au long de la journée dans l’amphithéâtre Franz Kamphaus de l’UCAC à Nkolbisson.

Le succès de cette journée scientifique était une première par sa thématique, et conforte les organisateurs dans leur volonté de poursuivre l’année prochaine par des activités comparables, et de réfléchir à intégration de la dimension patrimoniale dans des modules d’enseignement de l’UCAC.