Le PPR FTH-AC en bref

Forêt Tropicale Humide - Afrique centrale

Changements globaux, biodiversité et santé dans les zones forestières d'Afrique centrale

Coordinateurs IRD :  Pierre Couteron (UMR AMAP) et Patrice Levang (CIFOR)

Coordinateur Sud :  Tabuna Honoré (Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale - CEEAC)

Pays

Cameroun, Gabon, République du Congo, Guinée Equatoriale, République Centrafricaine, République démocratique du Congo

Contexte

La région du Congo comprend l'un des plus large massif forestier tropical au monde, ce qui lui confère une diversité biologique exceptionnelle. Pourtant, cette biodiversité est menacée par la course aux matières premières et la croissance démographique de certaines villes et des axes de circulation.

Le programme de recherche FTH s'est construit autour d'enjeux sociétaux aux échelles nationales et régionales :

  • Des pressions croissantes causées par la course aux matières premières et au développement des infrastructures pour le transport et la production d’énergie
  • Des connaissances à développer pour la prise de décision
  • Une demande forte pour des outils techniques et institutionnels permettant une gestion effective des territoires et des ressources naturelles.

Le programme s’est construit pendant trois ans avec 90 chercheurs appartenant à des institutions de recherche et d’enseignement supérieur du Nord comme du Sud, des organismes de coopération sous régionale (CEEAC, Comifac, PFBC), des centres internationaux (Cirad, Cifor) ou à des structures opérationnelles (WWF, WCS, IUCN, ministères techniques). Plus de 300 scientifiques ont exprimé leur intérêt pour ce programme, dont 45 % en Afrique, 25 % dans les pays du Nord (hors IRD) et 30 % à l'IRD. Une vingtaine d’unités IRD sont représentées en Afrique centrale ou mènent des actions en partenariat

Priorités thématiques

Le programme pilote régional FTH a défini comme prioritaires les thématiques suivantes :

  • Maladies émergentes et infectieuses
  • Écosystèmes et ressources naturelles
  • Changement climatique et aléas naturels
  • Ressources en eau et accès à l’eau

Objectifs

Ce programme pilote régional a pour objectifs de comprendre et anticiper les réponses environnementales aux changements climatiques et anthropiques dans la zone forestière d’Afrique centrale :

  • Quelles modalités de changement climatique ? 
  • Quelles modalités de changement socio-économique ?
  • Quelles conséquences sur la santé, la biodiversité et ses modalités de gestion, sur le couvert végétal et les stocks de carbone et sur les conditions de vie de populations ?

Axes de recherche

  1. Interactions paléo-environnements et peuplements humains anciens. L’enjeu majeur est d’apporter une connaissance sur les variations passées du climat et sur ses interactions avec le couvert végétal et les peuplements humains, en recueillant et en analysant des données écologiques et archéologiques relatives à l’Holocène et plus particulièrement aux derniers 5000 ans. Ces informations permettront de mettre en perspective les changements en cours, en termes de réponse de la végétation aux changements globaux et d’adaptabilité de l’Homme face à ces modifications.
  2. Risque infectieux dans les environnements forestiers en mutation. L’objectif est d’évaluer les conséquences des changements environnementaux et de l’anthropisation sur l’écologie et l’épidémiologie des agents infectieux présents dans la zone forestière tropicale humide, ainsi que les conséquences sur leurs réservoirs. Plus particulièrement, il s’agit de comprendre l’influence des modifications environnementales, principalement engendrées par les activités et les mouvements humains, sur l’extension de maladies humaines et l’émergence d’anthropozoonoses.
  3. Origine, Fonctionnement et Evolution de la Biodiversité. Dans un contexte riche en biodiversité, encore préservé mais en mutations rapides, l’enjeu est d’interpréter les facteurs déterminants qui contribuent à la richesse de la biodiversité de ces régions et d’en tirer des modèles de réaction de la biodiversité à des scénarios de changement climatique.
  4. Interactions entre populations et ressources forestières. Cet axe se focalise sur les conséquences des mutations socio-économiques, du désenclavement et de la création d’infrastructures sur les relations entre populations, espaces forestiers et ressources issues de la biodiversité. Ce PPR peut avoir l’ambition de promouvoir un regard plus intégré sur les conditions de vie dans les secteurs enclavés en mutation et sur les interfaces entre forêts et zones anthropisées.
  5. Impact de la variabilité climatique et des activités humaines sur les ressources en eau et en Sols. L’objectif est de mieux comprendre la variabilité du climat (y compris à des échelles intrasaisonnières), du cycle de l’eau et des transferts chimiques associés, pour plusieurs bassins et sous-bassins de rivières et fleuves du Sud-Cameroun, du Congo et du Gabon. La pluviométrie et l’hydrologie ont fait l’objet de suivis importants et durables par l’ORSTOM, ce qui légitime un réinvestissement progressif en lien avec les travaux réalisés en Amérique du Sud ou prévus par AMMA/SREC : les origines de la mousson africaine sont en Afrique équatoriale.
  6. Rôle de la végétation dans les cycles biogéochimiques (carbone, nutriments, métaux) et le cycle hydrologique. L’objectif est de réunir des géophysiciens et des écologues pour aborder l’étude des cycles biogéochimiques, à des échelles allant du peuplement forestier au bassin versant. L’approche conjointe visera à l’étude des interactions entre la dynamique du couvert végétal, les échanges gazeux sol-végétation-atmosphère et le suivi des échanges sous forme dissoute et particulaire dans l’eau.

Résultats attendus

La production d’outils d’aide à la gestion des écosystèmes et des services éco-systémiques

  • Le renforcement des compétences en Afrique centrale (formation des chercheurs, des acteurs et des décideurs)
  • La création d’un réseau d’observatoires des changements environnementaux en Afrique centrale
  • L'innovation et le transfert de technologies
  • Le renforcement de la production scientifique dans la région sur les priorités thématiques du programme

Dans le but de...

  • Renforcer la recherche scientifique régionale et internationale dans les domaines thématiques du programme (création de jeunes équipes associées, de laboratoires mixtes internationaux, etc.)
  • Renforcer les synergies entre les institutions nationales, régionales et internationales
  • Créer un cadre global de raisonnement de l’aménagement du territoire à l’échelle de la sous-région (infrastructures, aires protégées, etc.)
  • Améliorer la définition et l’interconnexion des zones dédiées à la protection des milieux
  • Valoriser plus efficacement les services éco-systémiques (marché du carbone et des produits forestiers non ligneux)
  • Développer des procédures de suivi de l’impact du développement économique (infrastructures, exploitations minières et forestières) et de ses effets sur les conditions de vie et la santé des populations

Le programme en chiffres

  • Plus de 300 scientifiques
  • dont 45 % en Afrique
  • 25 % dans les pays du Nord (hors IRD)
  • 30 % à l'IRD
  • Une vingtaine d’unités IRD

Gouvernance

  • Une codirection Nord et Sud
  • Un comité « consultatif » (appelé ici CSS)
  • le coordinateur régional de l’IRD et un représentant de la DGD Science  sont invités permanents du Comité.